Informations

Obsolescence programmée: ampoules, smartphones et imprimantes

Obsolescence programmée: ampoules, smartphones et imprimantes


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Obsolescence planifiée. C'est-à-dire la fin des objets décidée par le fabricant. En termes généraux, nous avons décrit le phénomène dans le premier article où nous expliquions en termes généraux les deux types d'obsolescence programmée: la technologique et la psychologique. Passons maintenant au concret, en examinant l'obsolescence programmée de trois objets couramment utilisés: le ampoules, le téléphone intelligent et le imprimantes.

Obsolescence programmée: ampoules

Commençons par les ampoules. Aujourd'hui, nous avons trois alternatives pour éclairer notre maison: les ampoules halogènes, les ampoules fluorescentes compactes (CFL) et les ampoules LED. Les anciennes ampoules à filament, celles qui ont fait l'objet d'un cartel en 1924, pour raccourcir leur durée de vie, ne sont plus sur le marché depuis 2012 car elles ont été interdites par l'Union européenne en raison de leur inefficacité. Le 90% de l'électricité était en fait convertie en chaleur. Par conséquent, les ampoules halogènes, les ampoules fluorescentes compactes (CFL) et les ampoules LED restent. Ce sont des produits qui ont une courte histoire industrielle et pour cette raison il est difficile de savoir si leur durée est «programmée», comme cela est arrivé aux filaments.

Les halogènes halogènes seront interdits par l'Union européenne à partir de 2018, car ils ont toujours un coût énergétique élevé, même s'ils consomment la moitié de l'énergie des anciennes ampoules à filament, tandis que les LFC sont à la maison car, par rapport aux LED consomment beaucoup et ont des coûts de production industriels élevés. Cependant, les LFC sont suspectées d'obsolescence planifiée car leur durée de vie n'est pas liée à la durée de fonctionnement, mais aux cycles de marche et d'arrêt. Qui sont environ 6000. Si tous ces cycles semblent être nombreux, ne le croyez pas. Dans une salle de bain, par exemple, il est très simple d'y entrer dix fois par jour. Résultat votre ampoule CLF durera moins de deux ans, quel que soit le temps d'allumage. Pour cette raison, il est conseillé de déplacer ces ampoules dans des pièces où la lumière ne s'allume pas et ne s'éteint pas en permanence, comme les salles de bain et les couloirs.

Le passage d'une technologie à une autre des ampoules semble avoir levé le sceptre de l'obsolescence programmée de ces appareils. Voyons les chiffres. Pour fournir 20 millions de Lumens / heure (valeur de la lumière produite par une ampoule de 900 Lumen allumée pendant environ trois années consécutives), il faut au fil du temps 22 ampoules à filament qui consomment 60 Watts et fournissent 900 Lumens et qui ont une durée de vie de 1000 heures. chaque. La situation s'améliore avec les LFC. Vous en avez besoin de 3 qui consomment 15 watts, fournissent 900 lumens et ont une durée de vie de 8 500 heures chacun. Avec je Led est la révolution. Celui qui consomme 12,5 watts, délivre 900 lumens et dure 25 000 heures. Et la source des données est fiable puisqu'il s'agit du département américain de l'énergie. Nous traduisons tout dans ce qui intéresse le plus les gens: achats.

Le dernier lampes à incandescence à partir de 900 Lumens restants aujourd'hui - ils viennent d'entrepôts - ils coûtent environ un euro chacun, ils en ont besoin de 22 donc nous sommes à 22 euros et en trois ans ils consomment 1575 kW / h soit 299,2 euros. Total 321,2 €.

Passons maintenant à Lampes CLF. Une ampoule de 900 Lumen de ce type coûte environ six euros, il en faut trois, on arrive donc à 18 euros et en trois ans elles consomment 394,4 kW / h soit 74,8 euros. Total 92,8 euros.

Et enfin les LED. Une ampoule LED de 900 Lumen coûte environ six euros, il vous en faut une, il reste donc toujours six euros et en trois ans elle consomme 327 kW / h soit 62,1 euros. Total 67,1 euros.

Bref, le progrès technique et l'innovation ont produit l'obsolescence, certes, mais pour les fabricants d'ampoules et les distributeurs d'électricité. On verra avec le temps, si les fabricants d'ampoules ne font pas un autre signe pour diminuer la durée de vie des LED, alors qu'il n'y a plus d'espoir pour les distributeurs d'électricité. Consommation et émissions de CO2, sont voués à décliner. Et en fait les plus intelligents travaillent sur d'autres services, comme la connexion entre votre smartphone et la machine à laver à la maison.

Obsolescence programmée: smartphone

Eh bien et maintenant parlons des smartphones qui sont, avec leurs «ancêtres», les téléphones portables, parmi les objets les plus sujets à l'obsolescence programmée, tant technologique que psychologique. Heureusement, l'Union européenne a décidé depuis quelques années que tous les téléphones doivent être accusé de la même attaque, qui vous permet d'alimenter un smartphone d'une marque avec le chargeur d'une autre. Une seule entreprise n'a pas accepté l'invitation de l'Union européenne et continue avec des câbles et des connexions propriétaires, qui risquent une obsolescence programmée, car il suffit à l'entreprise d'arrêter de les produire ou de modifier la connexion à l'avenir. Soit dit en passant, c'est un câble qui coûte 2,8 euros à produire, sept au consommateur s'il est acheté «à des tiers» et 25 euros s'il est «original». C'est quelque chose qui doit également être suivi pour les autres parties du téléphone, telles que les cartes mémoire supplémentaires, les écouteurs et les batteries. Et sur ce dernier il y a une discussion particulière à faire. Certaines batteries, en effet, sont équipées d'une puce interne qui permet le téléphone pour "reconnaître" sa batterie "original". Traduit: si la batterie d'origine n'est pas trouvée et que vous souhaitez la remplacer par une batterie commerciale, le téléphone peut ne pas la reconnaître. Bref, un smartphone peut devenir un déchet, même s'il fonctionne parfaitement grâce à un câble ou une batterie. La règle d'or est donc de porter une attention particulière à une compatibilité maximale. Un produit technologique n'est pas «une œuvre d'art» et l'unicité alléguée est payée.

Une autre question, en ce qui concerne les smartphones, est celle des matériaux. En principe, le métal est à privilégier par rapport aux plastiques qui, cependant, sont de plus en plus répandus et n'appartiennent certainement pas à la famille des polymères techniques très résistants, avec lesquels sont fabriquées aujourd'hui même des pièces de moteurs de camions, comme par exemple Oil Cup. Bien sûr, tester la résistance, et la coloration, des plastiques de notre futur smartphone est compliqué, mais dans ce cas le réseau, dont Amazon, vient à la rescousse et il devient possible de passer au crible les commentaires qui jugent un produit. Et peut-être faire la recherche en anglais, étant donné que les consommateurs anglo-saxons ne pardonnent pas les comportements incorrects et utilisent souvent le net pour mettre en évidence les défauts du produit.

Et puis il y a l'obsolescence psychologique programmée, qui conduit souvent à "Anxiété de performance". Si votre smartphone, avec un an de vie, dispose de 16 gigaoctets de mémoire et d'un appareil photo 8 mégapixels, avec zoom 3X, cela ne veut pas dire qu'il doit être jeté car son successeur avec 32 gigaoctets de mémoire vient de sortir., l'appareil photo 12 mégapixels, avec zoom 5X, dont vous êtes conscient en raison du marketing éreintant.

Calmez-vous, respirez, comptez jusqu'à dix et posez-vous quelques questions, comme:

1) Ai-je rempli la mémoire de 16 Go?

2) Puis-je y insérer une carte d'extension microSD?

3) Puis-je annuler quelque chose?

4) Ai-je déjà imprimé une photo prise avec mon smartphone qui avait l'air mal pour la basse résolution de 8 mégapixels?

5) Est-ce que je prends des photos de sujets si éloignés que j'ai besoin d'un zoom 5X?

Si vous vous êtes donné comme séquence de réponse: NON-OUI-OUI-NON-NON, vous n'avez pas besoin d'un nouveau téléphone et à coup sûr vous passerez la "anxiété de performance", qui vous permettra d'investir votre argent dans quelque chose unique, comme un voyage d'un week-end. Bien sûr, si le projet du smartphone modulaire Ara, vous ne pouviez changer que l'appareil photo ou la mémoire interne. Mais le projet a été abandonné en 2016 par ses propres promoteurs. Peut-être était-il effrayant que le «modèle de base» ne coûte que 47 $. Cependant, une photo imprimée 10X15 centimètres est excellente même avec "seulement" 8 Mégapixels, une carte micro SD de 32 Go - mieux vaut abonder - coûte environ 17 euros et agrandir une autre photo 2X avec le programme de retouche photo, peut-être gratuit et sur le net . sont, à partir de 8 mégapixels ne vous fera rien perdre sur l'impression 10X15.

Les éléments modulaires du téléphone mobile Ara

Obsolescence programmée: imprimantes

Et maintenant, passons à un objet domestique dont on ne se souvient que dans deux cas, quand il est utilisé et quand il casse: l'imprimante informatique. C'est, l'imprimante, un produit qui a fait l'objet de études affinées, par les producteurs, d'obsolescence programmée, pour une série de caractéristiques. Le premier est la dépendance vis-à-vis des cartouches, qui sont souvent chères, non rechargeables et qui ont peut-être une date d'expiration.

Allons dans l'ordre: le coût. Souvent, le coût d'une cartouche pour une imprimante est légèrement inférieur, dans le cas des lasers simples, à celui de la nouvelle imprimante entière, y compris la cartouche fournie qui, cependant, a souvent une teneur en toner inférieure à la moyenne.

Et souvent, la consommation de toner est programmée directement en usine. Grâce à une puce intégrée dans les cartouches, en effet, certaines imprimantes en bloc en raison d'un "manque d'encre / de toner" car le nombre de copies est programmé et l'imprimante ne s'arrête pas lorsque la cartouche est réellement vide.

De cette façon l'utilisateur est "obligé" de changer de cartouche qu'ils pourraient peut-être encore imprimer pendant longtemps. La consommation d'encre / toner, en fait, dépend de la densité de couleur des impressions et non du nombre de copies.

Les puces sont également installées dans d'autres pièces consommables des imprimantes, telles que le tambour d'entraînement, lorsqu'elles sont séparées de la cartouche de toner, et qui les bloquent à nouveau jusqu'à ce que vous les apportiez pour réparation, ou que vous vous changiez vous-même, ce qui est possible sur certains modèles. Le fait est que souvent c'est un entretien pas encore nécessaire. Et cela a un prix élevé. Il est clair que de nombreux utilisateurs préfèrent changer d'imprimante, au coût de 130 euros, on parle d'un laser couleur, plutôt que de le faire réparer, ou de remplacer une pièce à elle seule, le tambour, qui ne coûte qu'environ 90 euros comme une pièce de rechange. Et ainsi, l'imprimante se retrouve à la décharge. En état de marche, réparable mais obsolète.

Sans parler des cartouches qui doivent être changées en masse au lieu d'être rechargées en toner, comme c'est le cas sur les copieurs professionnels. De même, l'ensemble de la cartouche devient obsolète, qui possède peut-être un tambour intégré, au lieu de permettre la recharge. Pourtant, il y a ceux qui la rechargent. Sur le marché, en effet, il est possible de trouver des cartouches reconditionnées et rechargées ou bien vous pouvez la recharger vous-même en dépensant environ 5 euros pour le toner et le même montant pour l'alcool isopropylique nécessaire au nettoyage de la cartouche. Pour les instructions, qui changent d'une imprimante à une autre, une recherche Google suffit et il sera difficile de ne pas trouver de tutoriel vidéo pour votre imprimante.

Vous pourriez également être intéressé par la lecture de l'article Obsolescence programmée: de quoi s'agit-il et exemples.

Édité par Sergio Ferraris



Vidéo: OBSOLESCENCE PROGRAMMÉE: une conspiration? (Juillet 2022).


Commentaires:

  1. Kolten

    Merci. Ce qui est necessaire))

  2. Lei

    Je trouve que vous admettez l'erreur.

  3. JoJojar

    En voyant le sourire de la fortune, il est impoli de déboutonner immédiatement votre portefeuille.

  4. Cabe

    En général, quand vous voyez cela, une pensée me vient à l'esprit, mais c'est si simple, pourquoi ne pourrais-je pas le trouver?

  5. Itzcali

    Bravo, ta phrase est juste géniale

  6. Elmoor

    Je pense que tu n'as pas raison. Je propose d'en discuter.



Écrire un message